Communiqués de presse

L’ACFC comparaît devant le Comité sénatorial permanent des affaires juridiques et constitutionnelles au sujet du projet de loi C-46

Le président par intérim de l’Association des chemins de fer du Canada (ACFC), Gérald Gauthier, a fait part aujourd’hui aux sénateurs des préoccupations de l’industrie ferroviaire au sujet de l’impact de la légalisation de la marijuana à des fins récréatives sur la sécurité au travail, alors qu’ils examinent le projet de loi C-46, qui vise à prévenir la conduite avec facultés affaiblies par la drogue et l’alcool.

Témoignant devant le Comité sénatorial permanent des affaires juridiques et constitutionnelles, M. Gauthier a déclaré que la légalisation de la marijuana à des fins récréatives normalisera davantage sa consommation et, par conséquent, pourrait accroître les comportements à risque en milieu de travail. Travailler sous l’influence représente un danger pour tout le monde sur le lieu de travail, en particulier dans les industries sensibles à la sécurité, où la déficience peut augmenter les risques de blessures graves et de décès, a-t-il dit.

« Nous devons protéger nos réseaux de transport essentiel, a déclaré M. Gauthier. “La sécurité publique, la sécurité des employés et la sécurité de nos collectivités et de l’environnement en dépendent. C’est pourquoi nous demandons aujourd’hui que des mesures visant à protéger de façon proactive l’infrastructure de transport du Canada contre les risques accrus d’affaiblissement des facultés soient mises en place pour accompagner la législation sur la marijuana.

Les chemins de fer du Canada et d’autres industries du transport ont demandé au gouvernement fédéral d’accorder la priorité à la sécurité en milieu de travail alors qu’il vise à légaliser la marijuana à des fins récréatives en 2018. Le gouvernement a pris des mesures encourageantes pour s’attaquer aux conséquences de la légalisation de la marijuana à des fins récréatives, comme l’étude de technologies permettant de mesurer la consommation de cannabis, mais il y a encore du travail à faire pour faire en sorte que les lieux de travail demeurent sécuritaires. L’ACFC a créé une fiche d’information résumant les préoccupations de l’industrie ferroviaire et ce que le Canada devrait faire avant la légalisation de la marijuana récréative.

Les chemins de fer du Canada sont exploités 24 heures sur 24, toute l’année, sur un réseau qui s’étend sur plus de 42 000 kilomètres et comprend environ 30 000 passages à niveau. L’industrie ferroviaire au Canada emploie environ 30 000 personnes, dont un grand nombre occupent des postes essentiels à la sécurité. Cela comprend les employés qui exploitent des trains ou travaillent dans des centres de contrôle de la circulation ferroviaire.

Cliquez ici pour télécharger les commentaires complets de Gérald Gauthier. (Disponible en anglais seulement)

Cliquez ici pour télécharger la soumission de l’ACFC au Comité sénatorial permanent des affaires juridiques et constitutionnelles. (Disponible en anglais seulement)

-30-

Pour information:
Michael Gullo
Communications
613-564-8103
mgullo@railcan.ca

À propos de l’Association des chemins de fer du Canada

L’Association des chemins de fer du Canada (ACFC) représente plus de 50 chemins de fer marchandises et voyageurs, qui acheminent plus de 84 millions de voyageurs et l’équivalent de 280 milliards de dollars en marchandises chaque année au Canada. L’ACFC fait valoir les intérêts de ses membres et de ses membres associés afin  que le secteur ferroviaire demeure concurrentiel au niveau mondial, écologiquement durable, et surtout sûr. Pour en savoir plus, visitez www.railcan.ca/fr. Suivez-nous sur Twitter, Facebook ou LinkedIn.

Share this article.