Culture de la sécurité

Les chemins de fer canadiens consacrent beaucoup d’efforts et de ressources à l’amélioration continue de leur dossier de sécurité : ils investissent chaque année dans la formation, l’infrastructure et les technologies de pointe en matière de sécurité. Cependant, le tragique accident de Lac-Mégantic, au Québec, en 2013 a amené le secteur à examiner de plus près un autre facteur essentiel à la sécurité ferroviaire, mais peut-être moins évident que les autres : la culture de la sécurité.

La sécurité : Commencer par le commencement

Créer une solide culture de la sécurité, c’est s’assurer que tous les membres de l’organisation, au sommet comme à la base, sont sur la même longueur d’onde quand il est question de sécurité. C’est s’assurer aussi que tous partagent les mêmes valeurs, attitudes, compétences et modes de comportement. C’est s’assurer enfin qu’aucun membre du personnel n’hésite à signaler les menaces à la sécurité. Une faible culture de la sécurité peut être un facteur contributif dans des événements catastrophiques, mais une solide culture de la sécurité peut largement contribuer à la prévention des accidents.

Pour aider les chemins de fer canadiens à promouvoir une saine culture de la sécurité, l’ACFC a lancé l’initiative Culture de la sécurité en 2014. L’idée de base était simple : amener les acteurs du secteur ferroviaire à amorcer une réflexion et un échange d’idées sur les moyens de faire la sécurité la priorité dans le processus décisionnel, la planification et les activités quotidiennes.

Dans le cadre de l’initiative, l’ACFC a mis au point un outil d’évaluation de la culture de la sécurité en partenariat avec des chercheurs en culture de la sécurité, le secteur ferroviaire et le Conseil consultatif en recherche ferroviaire de Transports Canada. L’outil sert à sonder les cheminots, qu’ils soient dirigeants, superviseurs ou personnes de métier, sur ce qu’ils pensent de la culture de la sécurité de leur entreprise. Une fois les résultats du sondage connus, l’ACFC aide ses membres à concevoir et à mettre en œuvre des plans d’action concrets qui assurent la création et le maintien d’une culture de la sécurité positive dans chaque chemin de fer.

Veuiller contacter James Daniels (jdaniels@railcan.ca) pour l’information sur l’évaluation de la culture de la sécurité.

Collaborer pour renforcer la sécurité dans le secteur ferroviaire

La culture de la sécurité peut avoir une incidence directe sur l’efficacité du système de gestion de la sécurité (SGS) d’un chemin de fer. Si un employé croit que la culture de son entreprise est plus axée sur la productivité que sur la sécurité, il pourra être tenté de commettre des imprudences et de ne pas respecter le SGS pour aller plus vite, mettant ainsi sa propre sécurité et celle du chemin de fer en péril. C’est pourquoi l’ACFC encourage ses membres à maintenir de façon proactive l’efficacité de leur SGS, tout en aidant les chemins de fer à renforcer leur culture de la sécurité.

L’ACFC a créé un comité directeur de la culture de la sécurité, composé de membres et d’experts de l’extérieur, qui l’aide à :

  • concevoir des outils et des pratiques exemplaires accessibles aux chemins de fer membres;
  • préparer des cours et des formations particuliers sur la culture de la sécurité;
  • mettre à la disposition des chemins de fer des ressources et de l’expertise qui leur permettent d’évaluer et de renforcer leur culture de la sécurité;
  • offrir aux chemins de fer membres des ateliers sur la culture de la sécurité et sur l’utilisation du nouvel outil de mesure de la culture de la sécurité;
  • diffuser de l’information sur les événements, la recherche et l’expertise liés à la culture de la sécurité.

Adopter une saine culture de la sécurité, c’est le bon choix à faire. Et en plus, c’est bon pour les affaires et c’est essentiel pour assurer la sécurité des employés des chemins de fer et du public au Canada.

Pour en savoir davantage sur l’initiative Culture de la sécurité de l’ACFC, s’adresser à :

Michael Gullo
Directeur principal, Politique et Affaires publiques
(613) 564-8103