Accueil / Railways 101 Articles / Innovation / Profil de membre associé | Programme de formation ferroviaire de l’école des transports BCIT

Profil de membre associé | Programme de formation ferroviaire de l’école des transports BCIT

Formation ferroviaire… «à la manière autochtone»

Ayant grandi à Prince George, en Colombie-Britannique, Vince Jones a constaté lui-même l’importance des chemins de fer pour les collectivités qu’ils desservent – ce qu’il appelle la « connexion ferroviaire ».

Quatre décennies après le début de sa carrière, le vétéran des opérations ferroviaires aide maintenant à enseigner et à former la prochaine génération de cheminots.

Jones est instructeur au programme de formation ferroviaire de l’école des transports de l’Institut de technologie de la Colombie-Britannique (BCIT).

Bien que le BCIT soit l’un des trois fournisseurs de formation ferroviaire postsecondaire au Canada, l’école est la seule à posséder son propre chemin de fer opérationnel certifié. Il est également le premier à diviser le programme ferroviaire de l’Association des chemins de fer du Canada (ACFC) en trois cours distincts pour les études à temps partiel.

Le BCIT croit que cela rendra le cours et les carrières éventuelles dans le secteur ferroviaire plus accessibles et plus attrayants pour les étudiants autochtones en particulier.

« Apprendre à connaître leur instructeur est un élément essentiel du succès de notre approche », déclare Steve Perry, le doyen associé en charge des programmes Motive Power de l’école. « C’est un acte de foi pour les étudiants de sortir de leur communauté pour s’installer en ville pour suivre une formation pratique. Mais cela finit par être gagnant-gagnant, pour eux et pour les chemins de fer.

Le cours Rail 1001 qu’enseigne Jones est un cours mixte de quatre semaines à temps partiel: apprentissage en classe sur le campus de Delta, en Colombie-Britannique, puis apprentissage sur le terrain.

L’idée est de donner aux étudiants une meilleure compréhension de l’étendue des options qu’une carrière dans le rail peut impliquer, d’une manière qui résonne sur le plan personnel.

Dit Jones: « C’est une conversation. Nous enseignons et nous nous asseyons en cercle et à des niveaux élevés, nous parlons de leurs rêves – de ce qu’ils veulent faire et voir dans la vie. Ensuite, nous leur permettons poserer des questions sur le chemin de fer. »

Au moment où ce premier cours est terminé quatre semaines plus tard, dit-il, de nombreux étudiants sont impatients d’en poursuivre d’autres.

Après avoir terminé trois cours, les étudiants pourront postuler pour le Certificat d’associé en chef de train et opérations ferroviaires. Le premier d’entre eux sera décerné en septembre.

L’approche du BCIT en matière d’éducation ferroviaire affiche déjà des résultats impressionnants: 90% des diplômés du BCIT sont embauchés par des compagnies de chemin de fer. Et les taux de rétention à 90 jours des diplômés du BCIT sont environ 20% plus élevés que la norme.

« De nombreux étudiants autochtones qui viennent chez nous ont toujours voulu rester dans et autour de leurs communautés, mais les chemins de fer ont toujours eu du mal à embaucher dans les régions éloignées », dit Perry. « Nous croyons que cela contribuera à combler les pénuries de main-d’œuvre régionales et s’appuiera sur des mesures très positives pour améliorer les relations entre les compagnies de chemin de fer du Canada et les communautés autochtones. »

Le financement des classes autochtones provient d’un centre d’emploi local et est soutenu par le CN. Les candidatures en ligne pour le cours d’études à temps partiel sont maintenant ouvertes.