Accueil / Railways 101 Articles / Faire rouler l'économie / Profil de membre associé : Greeman Asset Management Services

Profil de membre associé : Greeman Asset Management Services

Greeman Asset Management Solutions est le nouveau membre associé de RAC. Basée à Winnipeg et desservant des entreprises dépendantes des actifs en Amérique du Nord et dans le monde, Greeman fournit des services de conseil et de consultation en gestion d’actifs aux organisations disposant de vastes portefeuilles d’actifs physiques. Nous avons récemment discuté avec Suzane Greeman de la manière dont les solutions de l’entreprise peuvent aider les membres du RAC à gérer de manière globale l’équipement et l’infrastructure.

Q1 : En quoi consiste l’approche de Greeman en matière de gestion d’actifs ? Quels services proposez-vous et comment travaillez-vous avec vos clients ?

R : Nos services comprennent l’évaluation des besoins en matière de gestion des actifs, l’évaluation et l’amélioration de l’état de préparation de l’organisation, le déploiement de politiques et de stratégies, les cadres de valeur de l’entreprise, la gestion des informations sur les actifs, la planification à long terme des investissements dans les actifs, les plans de gestion du cycle de vie, la gestion des compétences, la diligence raisonnable en matière d’acquisition d’actifs et plaidoyer du propriétaire.
Nous adoptons une approche systémique. Cela signifie que nous examinons l’engagement culturel et l’alignement pour nous assurer que le système de gestion des actifs bénéficie d’un soutien à tous les niveaux de gestion et pour nous assurer que l’organisation est prête pour la gestion des actifs.

Nous entrons, nous écoutons et nous regardons ce qui se passe. Nous utilisons des outils pour évaluer l’organisation et ses pratiques de gestion des actifs.

Ainsi, nous aidons à déterminer le point de départ et le client définit le point final, puis nous travaillons avec nos clients pour travailler en collaboration pour atteindre leurs objectifs. De cette façon, nous soutenons l’orientation stratégique de l’organisation en tant que conseillers en voyage.

Nous avons travaillé avec des services publics, des aéroports, des entreprises de navigation maritime et d’autres acteurs du secteur fortement réglementés avec des réseaux complexes de parties prenantes externes et internes.

Q2 : Il y a tellement de changements autour de nous, dans tous les secteurs. Les chemins de fer ont été confrontés à des défis et à des changements incroyables dans l’environnement d’exploitation au cours des dernières années. Comment les systèmes de gestion des actifs peuvent-ils aider à gérer le rythme et l’ampleur croissants du changement ?

R : Les actifs existent pour créer et fournir de la valeur et tout ce que les chemins de fer fournissent est basé sur des actifs. Il n’y a pas d’activité sans actifs ferroviaires. Il ne s’agit donc pas simplement d’un «problème opérationnel» de l’actif, un système de gestion des actifs est un système central au sein des organisations et devrait faire partie du modèle commercial de l’organisation.

En matière de risque, les entreprises ferroviaires doivent tenir compte de tout ce qui se passe dans le contexte externe qui pourrait menacer la valeur des parties prenantes – changements socio-économiques, changement climatique, changements réglementaires, tendances sociales, chaînes d’approvisionnement, etc. – en considérant le rôle des actifs dans l’atténuation et la gestion de ces changements, et même comment gérer les risques qui pourraient se matérialiser sur les actifs.

Et chaque organisation a également des facteurs de risque internes qui pourraient limiter la valeur qu’un actif peut fournir. Celles-ci ont à voir avec les actifs eux-mêmes, tels que le mauvais état et les actifs vieillissants, avec les systèmes et les processus, et avec les personnes, telles que la façon dont nous maintenons la compétence en ces temps.

Ainsi, nous travaillons avec les hauts dirigeants et les employés qui connaissent le mieux l’organisation et ses atouts, pour renforcer la sensibilisation et la résilience en interne. Nous adoptons ensuite une vision holistique et écoutons, puis développons avec les équipes de direction un système de gestion des actifs qui fonctionne pour cette organisation afin que leurs actifs puissent offrir une valeur maximale.

Q3 : La proposition de valeur entourant les systèmes de gestion des actifs change-t-elle à la suite de la COVID ?

R : Certainement, les profils de risque ont changé au cours des deux dernières années. Notre façon de travailler a également changé. Les flexibilités concernant les pratiques de maintenance et de chaîne d’approvisionnement ont diminué au cours des dernières années et se sont à peu près évaporées pendant le COVID.

Pour ne citer qu’un exemple, l’indisponibilité et le coût croissants de la main-d’œuvre. Pas seulement pour les rôles internes. Mais aussi pour les prestataires de services. Les entreprises ont beaucoup de mal à trouver les personnes dont elles ont besoin, et rien n’indique qu’elles reviendront un jour à ce qu’elles étaient autrefois. Donc, nous devons obtenir des informations et des connaissances commerciales, à un point où ce n’est pas seulement dans la tête des gens ; il doit être documenté dans des systèmes pour conserver le savoir-faire commercial critique et gérer les risques, etc.

Les chaînes d’approvisionnement ont également été modifiées à jamais à l’entrée et à la sortie de COVID. Les partenariats avec les fournisseurs de services, les fournisseurs de pièces et autres sont plus importants que jamais.

Q4 : Où la gestion des actifs entre-t-elle dans les discussions sur les menaces commerciales urgentes/immédiates par rapport aux menaces commerciales à long terme ?

R : La gestion des actifs consiste à équilibrer de manière appropriée les performances des actifs, les risques et les coûts. Les compagnies ferroviaires font constamment ces compromis pour créer de la valeur pour les parties prenantes. Des discussions appropriées doivent maintenant avoir lieu autour de ce que les parties prenantes attendent exactement des actifs, de la quantité d’actifs dont nous avons besoin, du moment opportun pour apporter des modifications aux actifs, du montant que les parties prenantes sont prêtes à payer pour ladite valeur, du niveau de risque que nous pouvons tolérer et combien cela coûtera-t-il pour les nombreuses options qui s’offrent à nous.

Ce sont des conversations complexes, et nous avons besoin d’une planification des actifs à long terme et d’une alliance commerciale gouvernement pour s’assurer que nos actions pour répondre à nos besoins d’aujourd’hui ne créent pas de risques futurs pour les parties prenantes sans voix telles que les générations futures et l’environnement. Disposer d’un système de gestion des actifs efficace est le moyen le plus holistique et systématique de s’assurer que l’organisation fait des compromis appropriés entre les besoins actuels et les risques à long terme.

Q5 : Pourquoi êtes-vous enthousiaste à l’idée de travailler avec des compagnies ferroviaires sur ces trajets ?

R : Le rail est une partie si importante de l’économie du Canada et de ce que nous sommes en tant que pays. Dans un sens, nous considérons qu’il est de notre devoir de faire partie de l’industrie et de la soutenir afin qu’elle puisse être là pour nous, nos enfants et les enfants de nos enfants.

L’industrie ferroviaire est également assez innovante, et nous aimons voir les pratiques et approches innovantes utilisées et le partage des connaissances dans de nombreux secteurs multiples fonctionnera pour le bénéfice de tous.

Les compagnies ferroviaires ont l’un des plus longs antécédents de propriété et de gestion d’actifs au Canada. Nous nous sommes joints à l’ACFC en partie pour apprendre des pratiques novatrices de l’industrie ferroviaire et en partie pour soutenir le partage des bonnes pratiques de gestion des actifs d’autres industries à travers le Canada.